Envie d’une nouvelle basse ?

Mi-Homme, Mi-Iguane

« Pas mal de mecs de mon âge ne se remettent plus en cause dans le boulot parce qu’une fois qu’on devient une légende, on n’a pas envie que les gens vous lancent des défis ». À 68 ans, Iggy Pop est certes une légende vivante, mais il n’a pas peur de se lancer dans de nouvelles aventures. Preuve en est avec cet album qui paraîtra le 18 mars prochain. Co-réalisé avec Josh Homme (Queens Of The Stone Age, Eagles Of Death Metal), que l’on retrouve également à la production, « Post Pop Depression » fut élaboré dans le plus grand secret, avec pour point de départ un texte succinct d’Iggy envoyé à l’ami Joshua. Puis, tout s’est enchaîné de manière très naturel. « Je voulais être libre », explique l’ex-frontman de The Stooges. « Pour être libre, j’avais besoin d’oublier. Pour oublier, j’avais besoin de musique. Josh avait ça en lui, alors j’ai provoqué une rencontre, d’abord avec un texte dont j’ai choisi les mots avec soin, puis avec un déluge d’écrits parlant de moi. Aucun compositeur ne veut composer sur du vide. Il s’est mis à carburer et on s’est tapé une bonne virée à fond la caisse dans l’Amérique déserte. » Une fois le projet mis en route, les deux compères ont reçu l’aide précieuse de Dean Fertitia, complice de Homme au sein des Queens Of The Stone Age et également membre du groupe Dead Weather, ainsi que celle de Matt Helders, le batteur des Arctic Monkeys. Résultat, le premier titre dévoilé de « Post Pop Depression » (Gardenia) est un habile mélange de sonorités chères à Josh Homme accompagnées par la voix inimitable d’Iggy Pop et laisse présager du meilleur quant au contenu général de cette toute première collaboration.

Pour découvrir Gardenia en live, c’est ici.

PPD

1